Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
philipperoy1972histoire

Histoire. Chapitre I. TS. 2017.2018. Plan.

4 Septembre 2017 , Rédigé par Philippe Roy Publié dans #Classes de Terminales S.

Histoire-géographie - Classe terminale - Série S. St Gabriel. Années 2017.2018 [1] :

Chapitre I : L’Historien et les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale en France :[2]

 Thème 1 introductif. Le rapport des sociétés à leur passé - 4-5 h :

Question :

Mise en œuvre :

Les mémoires : lecture historique :

Une étude au choix parmi les deux suivantes :

- L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France ;

- L'historien et les mémoires de la guerre d'Algérie.

 

  • Introduction :
  • A la Libération, les autorités issues de la Résistance souhaitent refermer au plus vite la « parenthèse vichyste ».
  • La célébration de la France résistante doit effacer la honte de la défaite de 1940 et de la collaboration avec l’Allemagne nazie.
  • Avec le temps toutefois, le souvenir du régime de Vichy refait surface, suscitant polémiques et conflits de mémoire.
  • Deux questions se posent à nous :
  • Pourquoi la mémoire de la Seconde Guerre Mondiale a- t- elle été si longtemps conflictuelle ?
  • Quel est le rôle des Historiens dans la transmission de la mémoire de guerre ?

 

  • Vocabulaire :

Mots :

Définitions :

Histoire :

C’est une discipline savante qui se consacre à l’étude du passé et le résultat de cette discipline, c’est le récit produit par les Historiens. L’Histoire entretient un rapport qui se veut objectif, neutre et sans passion avec le passé.

Mémoire :

C’est un rapport subjectif que tout individu ou groupe entretient avec le passé. La mémoire est sélective. A ce titre, elle est elle-même devenue un objet d’étude pour les Historiens qui cherchent à retracer et comprendre ses évolutions.

Négationnisme :

Négation de l’existence des chambres à gaz et du génocide des Juifs par ceux qui prétendent « Réviser » l’Histoire, ils se qualifient eux-mêmes de « Révisionnistes ».

Resitancialisme :

C’est un mythe formé après 1945 par les Gaullistes et les Communistes, selon lequel les Français auraient été massivement résistants.

Shoah :

On parle de « Catastrophe » en Hébreu. Ce terme vise à souligner la spécificité du génocide des Juifs perpétré par les nazis durant la Seconde Guerre Mondiale. Son emploi se diffuse en France après la sortie du film, Shoah de Claude Lanzmann, en 1985.

 

  • Chronologie :

 

Dates :

Evénements :

1951-1953 :

Lois d’amnistie.

1964 :

Transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon.

1973 :

Robert Paxton publie La France de Vichy.

1985 :

Shoah de Claude Lanzmann.

1990 :

Loi Gayssot.

1995 :

Le Président Jacques Chirac reconnait la responsabilité de l’Etat Français dans la déportation des Juifs.

2016 :

Le Président François Hollande rend hommage aux Tziganes internés en France.

 

*******

                                Histoire-géographie - Classe terminale - Série S. St Gabriel. Années 2017.2018 [3] :

Chapitre I : L’Historien et les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale en France :[4]

  • Plan :

 

  1. Mémoires officielles et mémoires oubliées : 1945-1970 :

 

  1. Le mythe d’une France unanimement résistante :
  2. Une mémoire officielle sélective :
  3. Des mémoires concurrentielles ou refoulées :

 

  1. Le réveil des mémoires depuis mes années 1970 :

 

  1. Une politique mémorielle contestée :
  2. La mémoire de la Shoah :
  3. Le triomphe du « Devoir de mémoire », depuis la fin du XXème siècle :

 

                                                                      *******

                                                      

 

 

 

 

[1] Dernière mise à jour : Le 22.08.17.

[2] Sources extraites de : www.eduscol.education.fr

[3] Dernière mise à jour : Le 22.08.17.

[4] Sources extraites de : www.eduscol.education.fr

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article