Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
philipperoy1972histoire

Fiches de révisions. 3ème1. St Gabriel. 2017.2018. DST. 1.

11 Octobre 2017 , Rédigé par Philippe Roy Publié dans #Classe de 3ème.

Histoire. Sources. Nathan.

Histoire. Sources. Nathan.

Géographie. Sources. Nathan.
Géographie. Sources. Nathan.

Géographie. Sources. Nathan.

EMC. Sources. Nathan.

EMC. Sources. Nathan.

Histoire 3ème. St Gabriel.2017.2018 [1] :

Chapitre III : Le Premier Conflit Mondial : Une guerre totale.[2]

Rappel :

I - GUERRES MONDIALES ET REGIMES TOTALITAIRES (1914-1945) :

(Environ 30% du temps consacré à l’Histoire)

Thème 1 - LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE : VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918) :

CONNAISSANCES :

La Première Guerre mondiale bouleverse les États et les sociétés :

- Elle est caractérisée par une violence de masse,

- Avec la révolution Russe, elle engendre une vague de révolutions en Europe,

- Elle se conclut par des traités qui dessinent une nouvelle carte de l’Europe source de tensions.

DÉMARCHES :

Après la présentation succincte des trois grandes phases de la guerre, on étudie deux exemples de la violence de masse :

- La guerre des tranchées (Verdun),

- Le génocide des Arméniens.

L’étude s’appuie sur la présentation de personnages et d’événements significatifs.

L’étude s’organise autour de la nouvelle carte de l’Europe.

CAPACITÉS :

Connaître et utiliser les repères suivants :

- La Première Guerre Mondiale : 1914 -1918, la bataille de Verdun : 1916 ; l’armistice : 11 novembre 1918 ; Clemenceau.

- La révolution Russe : 1917 ; Lénine.

- La carte de l’Europe au lendemain des traités.

Décrire et expliquer, la guerre des tranchées et le génocide des Arméniens comme des manifestations de la violence de masse.

 

*******

 

[1] Dernière mise à jour du : 11.08.17.Relecture de ce jour.

[2] Sources extraites de : www.eduscol.education.fr

Histoire 3ème. St Gabriel.2017.2018, suite :

Chapitre III : Le Premier Conflit Mondial : Une guerre totale, suite.[1]

 

  • Introduction :
  • Le Premier Conflit Mondial a des origines à la fois économiques et politiques.
  • Économiques, tout d’abord, car l’Europe Occidentale compte en son sein, de grands Empires : L’Empire Austro-hongrois, l’Empire Allemand, l’Empire Russe, l’Empire Colonial Français, l’Empire Colonial Britannique, mais aussi, sur sa frontière Est, l’Empire Ottoman.
  • Chacun de ces Empires dispose de possessions territoriales immenses, c’est le cas de la France et de l’Angleterre, que ce soit en Afrique, mais aussi en Asie.
  • Cela est source de tensions, c’est le cas entre les Français et les Allemands, mais également, entre ces derniers et les Anglais.
  • Des origines politiques aussi, le point de départ, en est l’attentat de Sarajevo, le 28 juin 1914.
  • Par le jeu des alliances de la Triple-Entente ou de la Triple-Alliance, beaucoup de pays Européens vont se retrouver en guerre simultanément, dès les mois de juillet et août 1914.
  • Jusqu’en 1917, le conflit n’aura qu’un caractère Européen, il va se mondialiser, cette année, avec l’entrée en guerre, des États-Unis.
  • Les hostilités vont prendre fin, le 11 novembre 1918, mais la guerre n’est pas finie.
  • Ce sera l’heure des bilans et le temps des Traités de Paix.

*******

 

 

[1] Sources extraites de : www.eduscol.education.fr

Histoire 3ème. St Gabriel.2017.2018, suite :

Chapitre III : Le Premier Conflit Mondial : Une guerre totale, suite.[1]

  • Plan détaillé :
  1. Les origines de la Première Guerre Mondiale :
  1. Des tensions au sein de l’Europe :
  1. Des rivalités économiques :
  2. Des alliances complexes :
  1. La marche vers la guerre :
  1. La poudrière des Balkans :
  2. L’attentat de Sarajevo, du 28 juin 1914 :
  3. Le jeu des Alliances et ses effets néfastes :
  1. Une guerre longue et nouvelle :
  1. Une guerre en mouvement :
  1. L’invasion de la Belgique :
  2. La guerre en Orient :
  1. La guerre de tranchées :
  1. Un long face à face :
  2. L’extension du conflit :
  1. Vers la fin de la guerre :
  1. Le tournant de 1917 :
  2. La présence Américaine :
  3. L’Armistice de 1918 :
  1. Une guerre de mobilisation générale :
  1. Une économie de guerre :
  1. La mobilisation de l’industrie :
  2. L’effort de guerre :
  1. Une mobilisation générale :
  1. La place des femmes dans ce conflit :
  2. Le rôle des colonies :
  3. La mobilisation des ouvriers :
  1. Une guerre de propagande :
  1. La bataille de l’opinion publique :
  2. Les conséquences politiques :

 

*******

 

[1] Sources extraites de : www.eduscol.education.fr

Histoire 3ème. St Gabriel.2017.2018, suite :

 

Chapitre III : Le Premier Conflit Mondial : Une guerre totale, suite.[1]

  • Vocabulaire :

Mots.

Définitions.

Des Réparations.

Suite au Traité de Versailles, ce sont les sommes imposées à l’Allemagne qui a pour obligation de réparer les destructions provoquées par ses attaques militaires (Bombardements et destructions de biens publics, industriels ou encore privés).

Des Terres Irrédentes.

On parle ainsi des régions de l’Empire Austro-hongrois qui sont peuplées d’Italiens (Trentin, Istrie ou encore Dalmatie). Le Trentin est accordé à l’Italie, en 1919.

L’Arrière.

On désigne par ce terme, les endroits où l’on ne combat pas, en opposition au front.

La Déportation.

C’est le déplacement imposé de populations (Hommes, femmes, enfants et personnes âgées).

La guerre de Mouvement.

Définition à opposer à la suivante. C’est une étape offensive durant la guerre qui vise à mettre en place des déplacements importants de troupes.

La guerre de Position.

C’est un conflit où les adversaires se situent face à face. Elle est le contraire de la guerre de mouvements. Elle est le prélude à une attaque.

La Propagande.

 

Il s’agit de diffuser, par voies de presse, de radio, ou de cinéma, des messages concernant le conflit. L’objectif étant de rassurer cette opinion et de minimiser l’impact de la guerre sur les troupes, tant au niveau des pertes, que sur l’affection morale qu’elle engendre.

Le Front.

C’est l’endroit où se situent les combats.

Les Tranchées.

C’est un ensemble creusé dans le sol, afin de préserver les combattants. Ce peut être un lieu de retrait ou d’attente, avant une offensive.

Mobiliser.

Rassembler toutes les forces militaires d’un pays.

Un Armistice.

C’est un acte officiel signé entre deux ou plusieurs pays, afin de mettre fin aux hostilités, sans pour autant, mettre un terme à la guerre.

Un Blocus.

C’est une mesure économique qui vise à isoler une ville, ou un pays, en les empêchant de commercer ou de communiquer avec l’extérieur.

Un Diktat.

C’est une chose dictée, imposée, c’est la principale expression qui sert à désigner le Traité de Versailles. On en parle ainsi, car l’Allemagne a subi le Traité de Versailles, selon son point de vue.

Un Emprunt.

C’est un prêt financier qui est sollicité, vers les particuliers, il est proposé par une Banque ou un État.

Un Génocide.

C’est l’extermination systématique de tout un peuple.

Un Gouvernement d’Union Sacrée.

Il est composé de Ministres qui sont soutenus par l’ensemble des formations politiques d’un Pays. Une situation exceptionnelle justifiée, lorsqu’un pays est en conflit.

Un Poilu.

C’est le surnom donné aux soldats de l’armée Française, car ils étaient souvent mal rasés.

Une Alliance Définitive.

C’est un pacte qui lie de façon indéfectible deux ou plusieurs pays ensembles. Si l’un d’entre eux est attaqué, les autres se joignent à ses côtes, pour le défendre.

Une Censure.

C’est le contrôle des médias (Presse), par l’État.

Une Guerre Totale.

C’est un conflit qui mobilise toutes les forces vives de la Nation. Les militaires comme les civils.

Une Inflation.

C’est la hausse des prix.

Une Mutinerie.

En droit militaire, c’est le refus d’exécuter un ordre. Refuser de combattre, par exemple.

Une Permission.

Il s’agit d’une période de congés accordée à un militaire, pour quelques jours ou plusieurs mois.

Une Réquisition.

C’est la privation totale des biens d’une personne.

 

*******

 

[1] Sources extraites de : www.eduscol.education.fr

Histoire 3ème. St Gabriel.2017.2018, suite :

Chapitre III : Le Premier Conflit Mondial : Une guerre totale, suite.[1]

  • Repères chronologiques :

Dates.

Évènements.

28 juin 1914.

L’Archiduc François-Ferdinand, héritier de l’Empire d’Autriche, et sa femme sont assassinés par un étudiant Bosniaque, partisan du rattachement de la Bosnie, à la Serbie.

28 juillet 1914.

L’Autriche déclare la guerre à la Serbie qu’elle considère comme responsable de l’assassinat de Sarajevo, du 28 juin 1914.

30 juillet 1914.

Alliée de la Serbie, la Russie annonce la mobilisation générale, contre l’Autriche.

1er août 1914.

Alliée de l’Autriche, l’Allemagne de l’Empereur Guillaume II déclare la guerre à la Russie.

3 août 1914.

La France mobilise pour se porter au secours de son alliée Russe, mais l’Allemagne lui déclare la guerre avant.

4 août 1914.

L’Angleterre, alliée de la France, déclare la guerre à l’Allemagne.

Aout-Septembre 1914.

Offensive Allemande, en Belgique et en France.

Septembre-décembre 1914.

Contre-offensive Française, dans les mêmes régions, où il y a la présence Allemande.

1915-1917. Les Batailles.

Les grands conflits armés de la Première Guerre Mondiale.

1915.

Bataille de la Champagne.

1916.

Bataille de Verdun.

1916.

Bataille de la Somme.

1917.

La Bataille du Chemin des Dames.

1917.

La Bataille de Flandres.

 

*******

 

[1] Sources extraites de : www.eduscol.education.fr

Géographie. St Gabriel. 2017-2018 [1] :

Chapitre I : De la ville à l’espace rural, un territoire sous influence.[2]

Rappel :

I - Habiter la France :

(Environ 30% du temps consacré à la Géographie) :

Thème 1 - UN TERRITOIRE SOUS INFLUENCE URBAINE :

CONNAISSANCES :

Les aires urbaines : La très grande majorité des habitants de la France vit dans une aire urbaine. La croissance urbaine s’accompagne de l’étalement spatial des villes (Périurbanisation), en lien avec une mobilité accrue des habitants. Ces transformations affectent les espaces ruraux.

Le territoire national et sa population : La répartition de la population, les mobilités spatiales et les dynamiques démographiques sont étudiées en lien avec les caractéristiques du territoire national (Métropolitain et ultramarin), ses ressources et ses contraintes.

DÉMARCHES :

Une étude de cas : Une grande question d’aménagement urbain choisi dans une aire urbaine de la Région où est situé l'établissement.

Cette étude débouche sur une mise en perspective du phénomène d’urbanisation à l’échelle du territoire national.

L’étude s'appuie sur la réalisation d’un croquis de la répartition spatiale de la population et de ses dynamiques, y compris migratoires,

sur le territoire.

CAPACITÉS :

Localiser et situer :

- Les dix premières aires urbaines sur une carte du territoire national.

- Les montagnes, les fleuves, les domaines bioclimatiques, les façades maritimes.

- Le territoire métropolitain et ultramarin en Europe et sur le planisphère.

Décrire et expliquer :

- Le processus d’étalement urbain, en lien avec les mobilités.

- La répartition de la population sur le territoire.

- Les dynamiques démographiques et spatiales actuelles.

Introduction :

De la ville… :

  • Définir ce qu’est une ville en France aujourd’hui ne coule pas de source.
  • La distinction entre l’urbain et le rural, qui a longtemps reposé sur un critère quantitatif (Le seuil de 2 000 habitants agglomérés), est brouillée, du fait de la croissance urbaine, par la diffusion du bâti, des activités et des modes de vie urbains dans les campagnes, hors des limites administratives de la ville.
  • Si le territoire français est de plus en plus fortement marqué par l’urbanisation, c’est principalement en raison du développement des couronnes périurbaines. M. Reghezza-Zitt explique ainsi que « La ville ne cesse de grignoter la campagne environnante » (Ibid.).
  • L’étalement urbain est donc responsable de la genèse d’espaces de transition, entre la ville et la campagne, de territoires « hybrides » où se mêlent des fonctions résidentielles, commerciales, industrielles, récréatives, logistiques… mais où les paysages restent dominés par les champs et les forêts. L’exode urbain repose sur des facteurs variés : Le coût de l’immobilier et la recherche d’un cadre de vie plus agréable.
  • Il peut générer localement des conflits d’usage entre acteurs « Traditionnels » de l’espace rural (En particulier les agriculteurs) et        les « Néo-ruraux ».
  • Au sein même des aires urbaines les plus dynamiques, de la Bretagne à l’Alsace en passant par la Région Rhône-Alpes, le littoral méditerranéen, le Sud-ouest et la façade Atlantique, la croissance urbaine et la métropolisation entraînent une recomposition des territoires urbains.
  • À Rennes, Nantes Bordeaux, Toulouse, Marseille sont mises en œuvre de vastes opérations d’aménagement : C’est un autre aspect essentiel du « nouvel ordre urbain ».

… à l’espace rural :

  • Les espaces ruraux les plus dynamiques correspondent donc à ces campagnes périurbaines, même si les caractéristiques de leur développement et de leur fonctionnement sont parfois vivement remises en cause à l’heure de la « Ville durable » : nul ne peut en effet contester le coût social et environnemental de l’étalement urbain.
  • Mais les campagnes comprennent aussi des espaces plus éloignés encore des grands pôles urbains et qui attirent à elles des retraités, des touristes ou des citadins en mal d’activités récréatives.
  • Ces « Nouvelles campagnes », qui conservent le plus souvent une activité agricole non négligeable, s’opposent aux espaces ruraux isolés, marginalisés, où se conjuguent les effets du désengagement des services publics, de la déprise agricole et du vieillissement d’une population de moins en moins nombreuse, que des dispositifs comme les zones de revitalisation rurale ou les pôles d’excellence rurale tentent d’enrayer.
  • Les campagnes ont longtemps été perçues comme un système socio-spatial stable, pérenne : Cette représentation n’a plus lieu d’être aujourd’hui, et la nécessité de les préserver des conséquences négatives du développement urbain (Dégradation des paysages, imperméabilisation des sols, pollutions…), s’est imposée dans l’esprit d’une majorité d’acteurs.
  • C’est donc aussi à travers le prisme du développement durable qu’il s’agit de faire réfléchir les élèves au devenir des espaces ruraux français : Jusqu’où les mesures de protection de la nature, du patrimoine culturel et des sites doivent-elles aller ? Comment éviter une    « Sanctuarisation » du rural, difficilement compatible avec les perspectives d’un développement économique local à moyen ou long terme ?
  • Espaces articulés à la ville mais dotés de spécificités, les campagnes françaises continuent à organiser les représentations d’un très grand nombre de nos contemporains. « Les mutations qu’elles ont connues au cours des cinquante dernières années ont transformé leur organisation spatiale, fonctionnelle et sociale » (Ibid.). Étudier les espaces ruraux, c’est donc s’intéresser à des exemples de transition territoriale.

*******

 

[1] Dernière mise à jour : Le 16.08.17.

[2] Sources extraites de : www.eduscol.education.fr

Géographie. St Gabriel. 2017-2018 :

Chapitre I : De la ville à l’espace rural, un territoire sous influence, suite.[1]

  • Vocabulaire :

Mots :

Définitions :

La France Métropolitaine :

C’est le nom donné à la partie Européenne du territoire, par opposition à la France d’Outre-Mer.

La Migration Pendulaire :

C’est le déplacement quotidien, entre le domicile et le travail.

La Périurbanisation :

C’est l’urbanisation discontinue des campagnes autour d’une ville, car des habitants quittent les immeubles du centre, afin de s’installer dans des maisons individuelles.

Le Solde Migratoire :

C’est la différence entre le nombre d’installations et de départs, dans une région ou un pays.

Une Métropole :

C’est une grande ville qui concentre les activités, d’une région ou d’un pays.

 

*******

Plan détaillé :

I)  La France, un territoire urbanisé :

  1. La population urbaine augmente :
  2. Les conséquences de ce phénomène :
  3. La situation des espaces périurbains :
  4. Les acteurs de la périurbanisation :

E) Les conséquences de ce phénomène :

F) Les autres quartiers :

 

II) Des territoires ruraux, sous influence urbaine :

A) La situation de la population rurale :

B) La situation des campagnes :

  1. Des campagnes multiples :
  2. Des tensions réelles :

E) Les évolutions à venir :

F) Les nouvelles campagnes :

 

*******

                                                         

 

[1] Sources extraites de : www.eduscol.education.fr

Éducation Civique. St Gabriel. 2017-2018 [1] :

Chapitre I : La République.[2]

Rappel :

I – LA RÉPUBLIQUE ET LA CITOYENNETÉ :

(Environ 30% du temps consacré à l’Education Civique) :

CONNAISSANCES :

Thème 1 - Les valeurs, les principes et les symboles de la République : Les fondements de la citoyenneté et de la nationalité dans la République Française sont analysés. L’importance de la langue nationale est soulignée.

Thème 2 – Nationalité, citoyenneté française et citoyenneté européenne :

La diversité de la population sur le territoire national est prise en compte en faisant apparaître :

- Le lien entre les droits politiques et la nationalité sur le territoire national et dans le cadre de l’Union Européenne.

- La nature des droits civils, économiques et sociaux accordés à tous les habitants installés sur le territoire national.

DÉMARCHES :

L’accent est mis sur la signification des principes et des règles principales qui fondent la communauté nationale et sur leur caractère évolutif donnant lieu au débat citoyen.

Il convient de s’appuyer sur les programmes d’histoire de la classe de quatrième et de la classe de troisième.

DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE :

- Constitution de 1958 (Préambule, art. 1, 2, 3 et 4).

- Loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des Églises et de l’État (art. 1 et 2).

- Loi du 15 mars 2004, sur l’application du principe de laïcité dans les établissements scolaires et publics, modifiant le code de l’éducation, art. L 141-5-1.

- Loi du 17 mars 1998, sur la nationalité (art. 6) modifiant le code civil (art. 21-11).

- Code civil (art.18).

- Traité sur l’Union Européenne du 1er février 1992 (2ème partie : la citoyenneté de l’Union (art. 8, 8A, 8B, 8C, 8D).

  • Introduction :
  • Le principe de la République, en France, est basé sur un régime politique mixte, mi-Présidentiel, mi-Parlementaire. Il est représenté par des symboles comme le drapeau tricolore, l’hymne, la devise, ou encore Marianne.
  • Tous ces éléments qui représentent notre République sont des héritages de notre Histoire et témoignent des différents combats successifs qui ont été menés, afin de les présenter, comme valeurs intangibles de notre Nation.
  • Ces dernières sont régulièrement entretenues, à travers différentes commémorations, comme la Fête Nationale du 14 juillet de 1789 et de 1790. C’est également le cas, avec le 11 novembre 1918, ou encore le 08 mai 1945, deux dates qui célèbrent la fin des deux Conflits Mondiaux, du siècle passé.
  • Par ailleurs, notre pays est régi selon la Constitution de 1958 (Général de Gaulle et Michel Debré), nous sommes ainsi, sous la Vème République. Parmi les règles édictées dans ces lois fondamentales, on peut souligner que notre pays est une République une et indivisible, marquée par le respect de la séparation des pouvoirs entre eux, soit : l’Exécutif, le Législatif et le Judiciaire.
  • De plus, notre République est marquée par le principe de la Laïcité, soit la séparation entre l’Eglise et L’État (Loi de 1905). C’est un principe qui a pour ambition de faire vivre toutes les religions de notre pays (Christianisme, Islam, Judaïsme) ensemble, avec le souci de les traiter avec une équité absolue.
  • Notre République a également une vie démocratique, rythmée par les différentes élections politiques, soit : Les Présidentielles, les Législatives, les Européennes, les Municipales, les Régionales ou encore les Cantonales et cas plus exceptionnel, le Référendum.
  • Appartenir à la République Française, c’est en accepter ses Lois, sa langue, son Histoire, ses traditions, c’est aussi participer à sa vie politique, par le biais des élections, en étant électeur ou encore élu. C’est aussi financer les dépenses de la Nation, en payant ses impôts, ou encore participer à sa Défense, si son intégrité territoriale, s’en trouverait menacée.
  • Enfin, notre République n’est pas isolée politiquement, mais aussi économiquement, elle appartient à l’Union Européenne, construction à laquelle, elle a largement participé, et ce, depuis le Traité de Rome, en 1957, elle est membre aussi du G 20 et de l’OTAN.

*******

 

 

[1] Dernière mise à jour : Le 17.08.17.

[2] Sources extraites de : www.eduscol.education.fr

Éducation Civique. St Gabriel. 2017-2018, suite :

Chapitre I : La République, suite.[1]

  • Vocabulaire :

Mots :

Définitions :

Abstentionniste :

C’est un citoyen qui ne participe pas au vote, lors des élections, quelque soient les scrutins proposés.

Circonscription :

C’est une division administrative à l’intérieur de laquelle, un candidat peut se présenter.

Commémorer :

C’est rappeler le souvenir de quelque chose, avec plus ou moins de solennité. Ainsi, commémore t- on l’Armistice de la Guerre de 1914-1918, ou 1939-1945, dans toutes les communes de France.

Démocratie :

C’est le Gouvernement par le Peuple.

Dépouillement :

C’est le décompte des votes exprimés, pour une élection.

Éligible :

C’est le pouvoir de se présenter, à une élection.

Laïcité :

La République assure la liberté de conscience et assure le libre exercice des cultes. Ainsi, l’enseignement public doit-il demeurer neutre en matière de religion, de philosophie et de politique.

Mode de Scrutin :

Ce sont les conditions dans lesquelles se déroule une opération de vote.

Référendum :

C’est le vote des citoyens, sur une mesure qui est proposée par le pouvoir exécutif, comme le Président de la République.

République :

C’est la chose Publique, c'est-à-dire qui appartient à tous.

 

*******

 

[1] Sources extraites de : www.eduscol.education.fr

Éducation Civique. St Gabriel. 2017-2018, suite :

Chapitre I : La République, suite.[1]

  • Plan détaillé :
  1. Les principes fondateurs de la République :
  1. La conquête de la République et de la Démocratie :
  1. La République, une forme d’État :
  2. La République Démocratique :
  1. Le modèle Républicain Français :
  1. L’héritage de 1789 :
  2. Les traditions de la République Française :
  1. Les principes Républicains et leur garantie :
  1. Le respect de la volonté du Peuple :
  2. La pierre angulaire de notre République actuelle : La Constitution de 1958 :
  1. Les images, les représentations et les symboles de notre République :
  1. Les images de la République :
  1. Les symboles et les éléments de reconnaissance de notre République :
  2. L’influence de 1789 et de nos différentes Révolutions :
  1. La célébration de la République :
  1. Les commémorations :
  2. La Patrie reconnaissante :
  3. La formation des citoyens et des Républicains :
  1. Les élections, socles de la République :
  1. Un acte d’appartenance :
  1. Un moment fort de la vie politique :
  2. Le déroulement des élections :
  3. La réglementation des élections :
  1. L’organisation des élections :
  1. Le cadre territorial :
  2. Les différents modes de scrutin :
  1. Des résultats transparents :
  1. Le dépouillement :
  2. Des résultats qui peuvent être contestés :

*******

 

[1] Sources extraites de : www.eduscol.education.fr

Éducation Civique. St Gabriel. 2017-2018, suite :

Chapitre I : La République, suite.[1]

  • Plan détaillé, suite :
  1. Les garanties de la Démocratie :

 

  1. La France est une République Démocratique :

 

  1. La souveraineté ou l’expression de la Souveraineté Nationale :
  2. Voter : Un devoir civique :

 

  1. Les différentes expressions de la Démocratie :

 

  1. Les différentes mises en œuvre de la Démocratie :
  2. La singularité Française :

 

  1. Les valeurs des Démocraties Européennes :

 

  1. La garantie des libertés fondamentales :
  2. Le socle commun des Démocraties Européennes :

 

*******

 

[1] Sources extraites de : www.eduscol.education.fr

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article